En résidence - Le lieu et l'espace



En résidence à la salle de spectacle Iro-Valaskakis-Tembeck du Centre culturel de Notre-Dame-de-Grâce, les chorégraphes se réunissent et prennent le temps de discuter, d’essayer, d’échanger sur leur vision d’ensemble de la pièce, et particulièrement de leurs désirs techniques.


Leur première constatation commune est sur l’endroit où se situent leurs chorégraphies. Tous sont d’accord pour dire que la pièce se déroule dans un espace, et non un lieu. Cette différence, qui peut sembler anodine, désigne en réalité deux opposés, dont la distinction est importante pour la conception de la pièce dans son ensemble.


En effet, un lieu est un endroit défini, comme une cuisine, un jardin, une gare de métro. L’espace, lui, est l’absence de lieu. Danny et Daphnée évoluent donc dans un endroit totalement neutre, qui n’impose pas de signification particulière et permet à chacun de faire voyager son imagination comme il le souhaite. L’espace n’influe pas non plus les danseurs dans leur intentions, car ils n'ont pas à jouer une situation : ils sont simplement présents l’un avec l’autre.


Et l’espace a des conséquences sur la technique du spectacle ! En effet, pour consolider ce choix, les chorégraphes ont choisi de conserver les tapis de danse noirs, alors qu'ils hésitaient auparavant à les retourner pour qu'ils soient blancs. De même, dans les salles qui le permettent, ils joueront sans le rideau de fond, pour ne rien cacher de l'appareil théâtral et ne pas créer de fausse illusion. Tout ce qui constitue la matérialité d'un spectacle sera assumé.


La lumière doit également prendre compte de ce choix : là où les projecteurs ponctuels sont d’habiles stratagèmes pour isoler les interprètes, délimiter la scène, créer une atmosphère propre à un lieu, ils sont incompatibles avec l’espace désiré par les chorégraphes, qui nécessite des éclairages plus abstraits. Il faudra donc qu’ensemble, avec l’aide de Thomas Kiffer, le concepteur lumière, ils sortent des sentiers battus pour appuyer leur chorégraphie avec des éclairages qui laissent libre cours à l’imagination, tout en transmettant l’émotion déjà présente dans la chorégraphie.




suivre la création 
arrow&v