La question pot-en-ciel / Dominique Porte



Et si, dans ce duo, ils étaient trois ? Daphnée, Danny et l’espace qui les lie et les relie dans leurs univers intérieurs.


Depuis quelques mois, on parle sans arrêt de gestes barrières, de distance. Mais d’un point de vue affectif, que signifie s’approcher, se rapprocher ou s’éloigner, alors que nos gestes spontanés sont retenus ? Et si, en étant ainsi formatés par la situation actuelle, on oubliait l’essence de notre relation à l’autre ? Et si on sentait que, finalement, ça ne changeait pas grand-chose, et même nous rassure dans notre solitude, nous rendant compte en s’isolant qu’on l’était depuis bien des années, interrompu sans cesse, sous l’emprise de nos vies trop rapides, victimes d’une attention virtuelle ? Et si, cela posait la question de nos propres gestes barrières, ceux dont nous sommes porteurs, déjà présents et acquis avant d’être imposés ?


Le reflet de l’autre, le regarde-t-on avec méfiance ? Avec confiance ? Avec a priori ? Et si l’on oubliait l’autre, de quelles libertés sommes-nous capables face à notre propre intimité ?


Cette pièce, enracinée dans un plus grand ensemble, s’inspire de la notion de cycle, cet état de changement toujours en mouvement et jamais définitif.


- Dominique Porte

suivre la création 
arrow&v